Forum RPG chronologique - Un monde dévasté, un dictateur, deux armées... quel camp rejoindrez-vous ?
 

Partagez|

Prédéfinis des Infectés

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Fondatrice
Féminin
Age : 23
Messages : 807

Localisation : Brocéliande
MessageSujet: Prédéfinis des Infectés Mar 7 Fév - 16:05


Je ne suis pas un monstre. Les monstres, ce sont les autres.

Nom : Inconnu
Prénom : Caleb
Sexe : Masculin
Age : 20 ans
Caste : Tribu
Sous-groupe : Infecté
Passé

Recruté par la Communauté Renégate, il suivit le même apprentissage que tous les novices. Il fut l’un des premiers à connaître Grace, nouvelle arrivante dans la Communauté, et ne tarda pas à devenir son alter égo. Inséparables, il grimpa les échelons de la société Renégate, et reçu la Greffe à l‘âge de 18 ans, but ultime pour n’importe quel soldat tel que lui. Lors de la détection, il s’avéra qu’une anormalité se produisait dans son organisme, et il fut aussitôt enfermé contre son gré dans une cage, dans la salle d’expérimentation, avec tous les autres Infectés. Bientôt, des mutations physiques commencèrent à apparaître chez Caleb: quatre traits verticaux noirs apparurent sur ses joues, tels des moustaches; sa force se décupla comme par magie; ses pupilles devinrent verticales; et un léger pelage noir et roux apparu sur son torse.
Drogué, il resta enfermé des semaines, avant que la Tribu ne bombarde le Siège des Renégats et que Grace ne vienne le sortir de sa cage. En fuite dans la montagne, ses idées redevinrent bientôt claires, et il exprima son besoin de justice, d’une manière différente que celle dont Grace l’envisageait. D’abord blessé, comme un enfant, il se replia sur lui-même avant de devenir sauvage, inquiétant et régulièrement plongé dans des pensées sombres. Supportant mal sa mutation qui se poursuivait toujours, cela l’inquiétait plus qu’il n’osait se l’avouer, et se vivait dans la peur du moment où ils perdraient tous ses moyens pour se conduire comme une bête.
Lorsque Jared et Lou retrouvèrent leur trace, il pu rejoindre les rangs de la Tribu et suivit des cours prodigués par Gauthier, qui fit office de professeur. Une fois que les autres Infectés l’eurent rejoint, Caleb devint une autre personne, agréable à vivre, sérieuse, et un soldat de poids. A présent doté d’oreilles de chat dressées sur sa tête, d’une queue hérissée et de crocs, il accepta enfin sa métamorphose, et apprit à contrôler sa force. Il devint dès lors un des meilleurs soldats Infectés sous le commandement de Grace.


Description physique

De taille moyenne, trapu, ses larges épaules sont recouvertes d’un épais pelage noir et parsemé de roux, qu’il cache sous de larges sweet sombres. Au milieu de ses cheveux noirs se dressent deux oreilles pointues, et dans le bas de son dos se trouve une longue queue noire rayée de roux à distance inégale.
Hormis ces transformations félines, Caleb garde un visage à peu près humain: son visage pointu encadré par des mèches de cheveux épars comporte deux yeux en amande bordés de sombre, et quatre traits horizontaux sur ses joues font office de moustache. Ses canines sont semblables à des crocs. Sa peau mate et ses yeux étirés lui donnent un air égyptien et chaleureux. Il cache généralement son étrangeté sous des vêtements amples: sweet à capuche pour masquer ses oreilles dérangeantes, et il rabat sa queue dans son dos.


Description psychologique

Caleb est une bonne personne. Gentil, intelligent, il trouva au sein de la Tribu beaucoup d’amis, ne serait-ce que pour Grace, et Katrin, dont il est éperdument amoureux sans se l’avouer. Il est capable d’écouter les ordres que ses supérieurs lui donnent, et s’attire régulièrement les félicitations des Anciens en raison de sa docilité. Toutefois, il ferait n’importe quoi pour les personnes qu’il aime, quitte à trahir la Tribu, dont il fait plus ou moins partie.




Histoire

Il voyait les gens se retourner sur son passage. Leurs yeux, si horrifiés, si dégoutés, n’avaient de cesse de le fixer avant de les détourner quand ils comprenaient qu’il les avait vu. Caleb s’efforçait de les ignorer, mais comment faire pour relativiser quand le monde entier vous considère comme une bête ?
Le jeune homme tira un peu plus sa capuche sur son visage, pour tenter de masquer les huit traits noirs qui barraient ses joues. Sa queue était bien cachée sous son sweet, pourtant. Pourquoi le regardaient-ils comme ça ?
Il pressa le pas, car il se sentait de plus en plus mal à l’aise. Les couloirs du Siège de la Tribu se ressemblaient tous, cependant cela faisait suffisamment longtemps qu’il vivait ici pour pouvoir se repérer sans grande difficulté. Rapidement, le jeune homme parvint à destination. Il poussa les doubles battants de la porte, et avisa le stand d’armes que tenait l’Agent devant lui. Coutelas, dagues et arcs électroniques s’étalaient sous ses yeux désintéressés: lui n’avait pas besoin de lame pour se défendre. Une énième porte s’offrait devant lui, il l’ouvrit. Aussitôt, une puissante odeur de sueur et de sécrétions humaines agressa son odorat, et il ne put s’empêcher de grimacer. Quand s’habituerait il enfin au développement de ses sens ? Il lui semblait que chaque jour était accompagné d’une nouvelle découverte. A croire que ses possibilités étaient sans limites…
Il avisa un petit groupe au fond de la salle d’entraînement, et son regard fut instantanément attiré par la tâche flamboyante parmi l’amas de couleurs qui se mouvaient. Lorsqu’il arriva à la hauteur de la jeune fille rousse, celle-ci était occupé à allumer et éteindre une flamme au bout de son index d’un claquement de doigt. Un petit pli entre ses sourcils marquait sa concentration, et Caleb attendit patiemment qu’elle ait terminé son exercice pour l’interrompre. Ce fut elle qui vint vers lui, et son cœur ne put s’empêcher de faire un bond dans sa poitrine quand il discerna sous sa tunique les formes rondes qu’offrait son corps. Katrin était une très belle fille, il n’y avait pas de doute. Mais ce qu’il aimait chez elle, c’était ce qu’elle dégageait. Une odeur chaude, âpre, presque animale. Une odeur semblable à la sienne, en un sens. Il n’avait jamais été agressé par son odeur. Il le lui avait dit une fois, d’ailleurs, et elle avait fait une tête étrange, aussi s’était-il empressé de rectifier le tir en lui assurant qu’il ne l’appréciait pas uniquement pour son odeur. Heureusement.
Katrin lui sourit et l’embrassa chaleureusement sur les joues, et aussitôt les soucis de Caleb s’envolèrent.

« Ca va ? Tu fais une tête étrange. »
Il la regarda un moment. Elle était là, devant lui, si minuscule, si rouge, si jolie. Ses yeux l’épiaient sous ses longs cils noirs, et sa bouche pulpeuse s’étirait en un charmant sourire. Il ressentit à nouveau la bouffée d’amour qui le submergeait lorsqu’il était en sa présence, et cette vague d’émotion le poussa à répondre d’une voix sincère, souriant à son tour. Peu importaient les autres. Lui et Katrin, et tous les autres Infectés n’étaient pas des monstres. Ils étaient humains. Peu importait le lendemain, tant qu’ils restaient ensemble.

« Je vais mieux. »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://magazarb.forumactif.com
Fondatrice
Féminin
Age : 23
Messages : 807

Localisation : Brocéliande
MessageSujet: Katrin [nom inconnu], Infectée Mar 7 Fév - 16:08


N'éteignons pas la bougie.
Nom : Inconnu
Prénom : Katrin
Sexe : Féminin
Age : 19 ans
Caste : Tribu
Sous-groupe : Infectée
Passé

Tout comme Caleb, elle fut Renégate et eut l’honneur de recevoir la Greffe. Alors âgée de 16 ans, des mutations commencèrent à apparaître chez elle et, bien qu’elles ne fussent pas physiques, les supérieurs Renégats décidèrent de la traiter en Infecté. Son don de pyromanie attirait l’attention. Elle vécu totalement droguée sous médicamentation lourde, et ce durant plusieurs mois, jusqu’à ce qu’elle puisse fuir la Base en compagnie d’autres Infectés, lors du bombardement. Elle vécu alors constamment en fuite, et prit rapidement la tête de son groupe. Après des mois d’errances, le groupe des Infectés arriva en Allemagne, et établit son domicile dans un immeuble abandonné, dans une banlieue déserte de Berlin.
Quand Caleb et Grace vinrent leur demander de rejoindre les rangs de l’armée de la Tribu, les Infectés acceptèrent et apprirent à maîtriser leurs pouvoirs grâce à l’aide de Gauthier.
Depuis ce jour, ils travaillent aux côtés des Agents, et utilisent leurs dons pour maintenir la paix.



Description physique

Katrin est petite et menue. Sa lourde chevelure rousse et bouclée semble disproportionnée par rapport à sa frêle constitution, pourtant elle détient un don plus puissant que la normale. Ses yeux rouges peuvent en inquiéter plus d’un, mais son sourire chaleureux suffit généralement à détendre son interlocuteur. Ses joues et ses bras sont parsemés de tâches de rousseur.
Elle porte la plupart du temps un bermuda beige et des bottines de cuir brunes, ainsi qu’une veste de la même matière sur un tee-shirt.


Description psychologique

Ce qui pourrait caractériser Katrin, c’est sa douceur. Hormis sa détermination pour les causes qu’elle juge justes, la jeune fille fait preuve de beaucoup de sang-froid. Toutefois, elle n’en reste pas moins une adolescente, et s’amuser fait partie de sa constitution. Ainsi, elle peut être tantôt trop sérieuse, tantôt fraîche et pétillante et s‘intéresser à des sujets de son âge, comme les garçons. Caleb est d’ailleurs l’une des personnes qu’elle affectionne le plus.




Histoire

« Je vais contenir l’explosion. »
Ces mots, toujours les mêmes, résonnaient dans son esprit tandis que le psychologue la harcelait de questions tout en élaborant une théorie inexacte. D’une oreille distraite, Katrin l’écoutait, mais son esprit était en majorité absorbé dans la consternation.
« Je vais contenir l’explosion. »
Quelle mouche l’avait donc piquée, pour qu’elle prenne cette décision ? Elle n’avait eu aucune certitude quant à ses chances de réussite. Elle aurait pu y rester, ou pire: ne pas parvenir à contenir l’explosion comme elle l’avait préconisé. Cette bombe avait été puissante, et elle ne s’était encore jamais prêtée à l’exercice. Avait-elle donc si peu de considération pour sa personne, pour ainsi se jeter dans le danger tête baissée ? Ou bien était-ce au contraire une trop grande confiance en elle qui l’avait poussée à le faire ? Ou bien un courage des plus honorables ?

« …C’est pourquoi je doute sincèrement que vous soyez apte à exercer à nouveau dans le groupe nommé Infecté. »

Tout à coup, Katrin fut tirée de ses pensées par un électrochoc. Elle riva ses yeux sur son interlocuteur, qui la fixait également à travers ses lunettes.

«  Pardon ?

- Mademoiselle, vous devez me comprendre. En découvrant qu’il s’agissait d’une bombe, votre première réaction a été de vous sacrifier pour tenter de maintenir le souffle de l’explosion. Cela ne relève pas vraiment d’un choix sain d’esprit.

- Je voulais protéger mes coéquipiers!

- Et c’est un geste honorable, je vous l’accorde, mais cela représentait un risque énorme pour vous comme pour les autres. Et si vous n’aviez pas réussi ?

- Sur le terrain, on a pas vraiment le temps de se poser la question. On doit se contenter d’agir. Si je n’avais pas eu ce réflexe, des centaines de gens seraient morts. J’ai préféré essayer d’empêcher ce massacre plutôt que rester assise dans cet avion en espérant que rien ne se passe. (Elle ajouta sans réfléchir: ) Contrairement à d’autres, avoir la mort d’innocents sur la conscience ne m’est pas familière, et je n’ai pas l’intention de commencer maintenant. »

Elle avait parlé trop vite, et se mordit la langue aussitôt que le dernier mot fut sorti de sa bouche. Pourtant, son interlocuteur ne la regardait déjà plus, le nez plongé dans ses notes. Il grommela quelque-chose à propos de l’outrecuidance des jeunes soldats d’aujourd’hui. Katrin savait qu’il la laisserait retourner sur le terrain et rejoindre Caleb et les autres, car ils avaient besoin de tout le monde. Mais elle ne supportait pas l’idée que l’on comprit mal ses actes, ou qu’on déformât sa pensée. Après un silence qui lui paru insoutenable, le psychologue la toisa par-dessous ses lunettes:

« Que faites-vous encore ici ?

- Monsieur, vous ne m’avez pas donné l’ordre de partir…

- Ah, oui. » Il saisit une feuille, griffonna l’autorisation que Katrin espérait tant, puis fixa le sceau à l’aide d’un tampon. Il eut un signe dédaigneux pour ordonner à la jeune fille de quitter la pièce, et Katrin ne se fit pas prier pour obtempérer. Dans le couloir, elle tomba nez à nez avec les membres de son équipe, et ne put s’empêcher de sursauter. Ils la regardaient avec angoisse, aussi leva-t-elle le poing en l’air, en brandissant son autorisation de terrain. Il n’était pas né celui qui l’empêcherait d’agir.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://magazarb.forumactif.com
Fondatrice
Féminin
Age : 23
Messages : 807

Localisation : Brocéliande
MessageSujet: Icare [nom inconnu], Infecté Mar 7 Fév - 16:24


Et un jour, les plumes de l’arrogance choiront sur la terre éclaboussée de sang.

Nom : Inconnu
Prénom : Icare
Sexe : Masculin
Age : 17 ans
Caste : Tribu
Sous-groupe : Infecté
Passé

Renégat brillant, le jeune homme bénéficia de la greffe, et lorsque d’immenses ailes blanches lui poussèrent dans le dos, ses supérieurs le retirèrent de la Communauté. Infecté, il vécu un an en cellule, subissant les prélèvements sur ses ailes incessants des hommes qui le torturaient. Son amaigrissement progressif faillit le tuer. Il s’évada de sa prison en même temps que la plupart des autres Infectés, dans un état de faiblesse grave, et ne du sa survie qu’aux soins prodigués par Katrin sur ses ailes tuméfiées.
Icare retrouva peu à peu une santé stable, et ses moignons ensanglantés couverts de croutes furent bientôt à nouveau recouverts d’un plumage immaculé.
Au fil du temps, le jeune homme développa un caractère prétentieux et m’as-tu-vu, cachant en-dessous de cette carapace une âme d’enfant blessée. Aux côtés de Caleb et des autres Infectés, il apprit à user de son don avec intelligence, et devint l’un des membres du groupe dirigé par Grace.


Description physique

Grand et mince, d’une musculature moyenne, Icare est doté d’une aura blanche en raison de son don. Les immenses ailes blanches qui sortent de ses omoplates sont difficiles à dissimuler, aussi doit-il porter un manteau long lorsqu’il quitte le Siège de la Tribu. Ses yeux bleu foncé, cachés sous une mèche de cheveux auburn rebelles, font chavirer beaucoup de cœurs.


Description psychologique

On ne le dira jamais assez, Icare est prétentieux. Il semble vivre uniquement pour se vanter ou émerveiller la galerie, et de ce fait, les adultes ne l’apprécient guère, contrairement aux autres adolescents. Se croyant tout permis, il mime parfois la débauche pour attirer l’attention, parle régulièrement de ses anciennes conquêtes sentimentales imaginaires, et de ses soirées de beuveries. Mais la vérité est qu’en dessous ces apparences trompeuses, Icare vit dans la peur d’être rejeté, et c’est cette terreur constante qui le pousse à se montrer aussi inventif dans la façon de se faire remarquer. Il sait que sans ses amis il n’est rien, et cela l’effraie.




Histoire

Le vent s’engouffrait dans ses cheveux et s’agrippait à ses vêtements, comme s’il désirait l’attirer dans le vide, qui béait devant lui. Il sentait ses ailes frémir, rétractées contre son dos, il entendait ses plumes bruisser. Et le vide, toujours, qui l’appelait.
« Quelle folie », songea-t-il en regrettant déjà son choix. Dans son dos, il sentait la présence de Gauthier, qui l’encourageait tout en le rassurant. Les courants d’air chaud le porteraient naturellement, il n’aurait qu’à se laisse planer, disait-il. Encore fallait-il discerner un seul courant d’air chaud dans cette cacophonie de bourrasques…
Avec hésitation, Icare s’avança un peu plus du bord de la falaise. En contrebas s’étalait un lit de roches et d’arbres morts. « Très réjouissant » ne put-il s’empêcher de ricaner en son fort intérieur. Lorsque l’angoisse étreignait son ventre, il déclenchait un système d’auto-défense se résumant par de l’arrogance et du sarcasme. On se réconfortait comme on pouvait…
Mais cette fois-ci, c’était différent. Icare craignait l‘expérience, car sa partie humaine se révoltait à l’idée de sauter dans le vide sans secours, et sa partie ailée, elle, était très enthousiaste. Au fond de lui, l’adolescent savait qu’il ne tomberait pas, mais c’était tout de même contraire à son instinct de survie. Difficile de le brider, celui-là.
« Tu ne crains absolument rien, répéta encore Gauthier. Tout ce que tu as à faire, c’est déployer tes ailes. Fais-le, maintenant.

Icare obéit. Aussitôt, il sentit les bourrasques s’engouffrer dans la résistance que leur offrait ses ailes, et il dut résister pour ne pas se laisser emporter. « Idée de malade, grinça-t-il. Idée de grand, grand malade… »

- A présent, ferme les yeux. (Icare obtempéra) Quand tu seras prêt, tu sauteras. C’est aussi simple que ça.

- C’est du suicide! »

Comme Gauthier ne répondait rien, Icare songea qu’il n’avait pas vraiment le choix. Inconsciemment, il se tassa sur lui-même, comme pour s’empêcher de faire une chose stupide. Des secondes passèrent ainsi. Ce fut lorsqu’il se sentit poussé en avant qu’il comprit que Gauthier n’était pas vraiment le genre de personne à attendre que quelqu’un soit prêt, surtout lorsque la situation était pressante.
Un hurlement de terreur sortit de sa bouche tandis qu’il tombait comme une pierre. Ses cheveux l’empêchaient de voir, et ses ailes ne lui étaient pas d’un grand secours: pliées sous un angle peu naturel, elles filaient dans son sillage, inutiles. Vainement, Icare tenta de les redresser, crocheta le vide avec ses mains, mais il n’y avait nulle autre prise que l’air. Soudainement, un souffle plus violent l’envoya virevolter quelques mètres plus loin, et il sentit l’air s’engouffrer dans ses plumes, le porter légèrement. Mais il continuait de tomber.
Voyant le sol se rapprocher à une vitesse inquiétante, l’adolescent tenta d’étendre ses ailes, mais la force qui l’en empêchait était trop forte. Il ferma les yeux.

« Tu devras écouter, lui avait dit Gauthier tandis qu’ils grimpaient le chemin escarpé de la falaise. Le premier vol n’est pas aussi terrifiant qu’il en a l’air. Tu es un oiseau. Voler est une chose naturelle, pour toi. Etends tes ailes, Icare, écoute le vent, il chantera à ton oreille. Ecoute, Icare, tu vas voler. »

Le vent se fit moins violent. Les rudes bourrasques qui le malmenaient jusqu’alors cessèrent soudain, et un murmure cristallin sifflait autour de lui. Une simple brise chaude caressait sa peau. Lorsqu’il ouvrit les yeux, Icare pu observer la forêt qui s’étendait à ses pieds.
Curieusement, tout n’était plus que paix.
L’adolescent osa un regard en arrière, en évitant de bouger le moins possible. Ses ailes déployées frémissaient. Quand il voulu se retourner, son poids se modifia et il bascula à nouveau, pourtant il n’eut qu’à battre des ailes une fois pour revenir à son état initial.
« Tout n’est qu’équilibre » pensa-t-il, tandis qu’un sourire s’étirait sur ses lèvres.
Bientôt, il put virevolter à son aise, fendre les brises, ou bien faire la course contre les bourrasques plus rapides. Le vent n’était pas un ennemi.
Icare volait. Libre et heureux.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://magazarb.forumactif.com


Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Prédéfinis des Infectés

Revenir en haut Aller en bas

Prédéfinis des Infectés

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ré-Evolution :: Rôle Playing Game :: Fiches des personnages :: Personnages prédéfinis-