Forum RPG chronologique - Un monde dévasté, un dictateur, deux armées... quel camp rejoindrez-vous ?
 

Partagez|

Le loup est dans la bergerie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Apprenti batailleur
Féminin
Age : 20
Messages : 86

MessageSujet: Le loup est dans la bergerie Sam 24 Nov - 21:45

Un aigle plane au dessus de la plaine, décrivant de larges cercles. Il se met à descendre, traversant un rideau de fuméee provenant des feux qui s'éteignent doucement. Mais ce n'est pas un rapace qui touche le sol, mais un jeune homme. La peau burinée, des cheveux bruns, emmelés de plumes tombent sur ses épaules. Il regarde autour de lui avec un sourire amusé.

-Quel boucherie.

Il a raison. L'herbe est devenue brune à cause de la quantité de sang versé. Des cadavres jonchent le sol, les mouches vrombissent dans le ciel... Le jeune homme ferme les yeux, et le vent lui raconte... Voilà ce qui c'est passé.

Il faisait nuit noir, nulles étoiles illuminées le ciel. Mais on y voyait quand même aussi clair que en plein jour, grâce à la pleine lune qui s'élevée ronde au dessus de la plaine. A une extrémitée, une armée s'y tenait, à la lisière des bois. Elle ne bougeait pas. Puis un cavalier, le visage traversé par une cicatrice s'avança en première ligne, montant un cheval aussi sombre que la nuit. Il dégaina son épée et cria:

-Soldats! le moment est venu. A l'attaque!

Un cri de joie s'éleva, et d'autres cavaliers se mirent à l'avant, taversant la plaine dans un bruit de tonnerre suivit par les fantassins.

De l'autre côté, devant un imposant chateau, se tenait une autre armée. Elle ne bougeait pas, aucune inquiétude la traverse. Alors que les attaquants étaient a à peine quelques mètres, les lances se baissèrent. Les deux armées se fraquassèrent l'une contre l'autre violemment. Le ciel se remplit de cris de douleurs, d'agonies qu'ils soient animaux ou humains. Mais rapidement ils s'éteignirent, remplacés par le fracas des armes.
Le balafré se battait avec vaillance, maintenant à pied. Son cheval reposait plus loin, henissant les jambes brisées. Soudain un homme se dressa devant lui. Il était heut d'une tête de moins que lui, mais il brillait dans ses yeux une lueur meurtrière, froide. Mais le balafré ne recula pas. Il bondit en avant. Les deux épées se cognèrent avec force, une pluie d'étincelle se forma. Les adversaires, d'apparences de forces égales, se battèrent longtemps. Mais soudain, le plus petit finta, et d'un geste souple coupa le cou de boeuf de son adversaire. La tête vola, puis roula sur le sol. Il eu un flottement dans les combats, pusi cela repris de plus belle. Le gagnant s'accorda une pause. Mais un bruit animal attira son attention.

Un hurlement bestial s'éleva dans le ciel, couvrant presque le bruit des combats. Il était emprunt d'une haine dévorante. Aucun soldat ne cessèrent de se battre, l'adrénaline leur brouillait les sens. Seulement un jeune homme s'arrêta, sortant son pendantif d'argent offert par sa grand-mère. Cela devait le protéger des créatures qui vivaient hors du royaume. Dans les Bois. Mais un bruit de course le fit se retourner. De lourdes foulées s'approchaient. Une ombre apparu, il eu juste le temps de pousser un cri, mais déjà ses os se brisèrent dans un craquement atroce. Des cris d'horreurs et de douleurs commencèrent à recouvrir les bruits de combat. La bête s'approchait, massacrant homme après homme, qu'importe leur camps.
Entendant la rumeur qui se propageait, le vainqueur décida d'aller se poster vers l'entrer du chateau. En chemin il vit une scène morbide. Devant lui s'étendait une zone où tronait un nombre impressionnant de corps sans vie. Le silence planait maintenant sur le champs de bataille. Mais l'homme fixait surtout la chose penchée sur le sol, grognant. Enfin l'animal se redressa, en dessous de lui, il y avait un cadavre éventré. La bête tenait entre ses crocs un morceau de chair sanglant. C'était un loup, aussi gros qu'un cheval, avec un pelage hisurte gris, maintenant rougeatre. Un aura impressionnant de bestialité émanait de la bête. Mais les yeux qui se posèrent sur l'homme n'était pas animal. Non, ils étaient humains, d'une magnifique couleur azur. L'homme ouvrit la bouche, balbutina quelque chose.


-Toi? Non, c'est impossible.. Tu devais être morte...

Une sorte de rictus étira la gueule du loup. Puis il bondit, l'animal plaqua sa proie au sol, et le démembra vivant. Les membres volèrent jusqu'à attérirent sur le sol. Puis la bête le laissa là, se vider de son sang, hurlant de douleur. Elle se dérigea en galopant vers le chateau, grimpa sans mal sur le mur et passa de l'autre côté. Bientôt de nouveaux cris résonnèrent, celles des femmes et des enfants... Le méchant loup était rentré dans la bergerie..

L'homme-aigle tourne la tête vers le chateau. Du moins, se qu'il en reste. Il n'est plus que ruine fumante. Une forme humaine marche à travers la fumée. Quand celle-ci se disperse, elle laisse apparaitre une jeune femme. La peau recouverte de sang, les cheveux blonds emmélées. Elle marche en toute tranquilitée, ses pieds nues écrasant sans hésité les reste macabres des soldats. Elle n'a que yeux pour ce qu'elle tient dans ses bras. Un bébé qui dort profondément dans ses bras. La jeune femme ne s'arrête même pas devant le jeune homme qui la suit. Ses yeux azur ne quitte pas le bébé.


-Alors c'est bon? On rentre?
-Oui.
-Tu n'y est pas allée de main morte.
-Je sais.
-Et si tu t'aurais fait tuer?
-Je serai morte si je n'aurai pas tenter de recupérer mon bébé.

Sa voix se fait chantante sur ces mots, montrant toute l'amour qu'elle éprouve pour ce qu'elle tient entre ses bras.

-Mais ils y en a qui vont pas être content.
-C'est eux qui ont commencé!


Bon je sais pas se que sa vaut, mais j'ai besoin d'avis là dessus...

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Le loup est dans la bergerie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ré-Evolution :: Communauté :: Créations-